Main Content

Nous, les femmes de l'espace rural, transmettons des informations sur nos arguments contre l'initiative "pour l'eau potable".

Nous, les femmes de l’espace rural, avons confiance en notre eau potable car elle est étroitement contrôlée et surveillée. Nous pouvons la boire directement du robinet. Notre eau potable est de haute qualité.

Pour cette raison, nous disons NON à cette initiative pour une eau potable propre qui est destinée à faire peur!

Notre eau potable est de haute qualité. Peu de pays dans le monde ont ce privilège. Malgré tout, des matières indésirables issues de la médecine, de l’économie, du trafic, des ménages privés et de l’agriculture peuvent y être décelées. Nous pouvons faire confiance aux contrôles effectués. Les normes concernant la présence de résidus de produits phytosanitaires fixent des limites très basses. Aucunes exigences similaires ne sont fixées pour les autres résidus se trouvant massivement dans l’eau comme ceux issus des médicaments ou de l’industrie chimique.


Nous, les femmes de l’espace rural, craignons que la charge environnementale mondiale n’augmente avec des importations supplémentaires. Nous sommes convaincues que l’initiative pour une eau potable propre ne résout aucun problème, mais qu’elle les transfère à l’étranger. 

Pour cette raison, NON à cette initiative pour une eau potable propre qui aura un impact sur l’environnement!

La charge environnementale des produits alimentaires importés est déjà aujourd’hui plus importante que celle de la production indigène. Avec l’acceptation de l’initiative, les importations seront favorisées et la charge environnementale mondiale va continuer d’augmenter. Une telle politique n’est pas durable. L’initiative pour une eau potable propre augmente notre empreinte écologique!
 


Source: USPF

Nous, les paysannes, connaissons les attentes des initiants. Nous nous engageons depuis longtemps pour une agriculture respectueuse de l’environnement et pour une eau potable propre. Les mesures préservant l’environnement seront complétées et renforcées par la politique agricole.

Pour cette raison, nous disons
NON à cette initiative pour une eau potable propre qui est inutile!

Avec le plan d’action national «Produits phytosanitaires» qui est déjà en cours, les résidus issus de l’agriculture présents dans l’eau potable et dans les cours d’eau, sont constamment réduits. Nous, les paysans et les paysannes, nous prenons nos responsabilités. Depuis l’introduction des paiements directs des mesures préservant l’environnement ont été exigées et encouragées.


Nous, les femmes de l’espace rural, savons que ta liste de courses est ton bulletin de vote! Avec ta liste de courses, tu décides chaque jour du type d’agriculture que tu souhaites avoir en Suisse. C’est à nous tous de faire les bons choix.

Pour cette raison, nous disons NON à cette initiative pour une eau potable propre qui limite ton choix!

Avec l’achat et la consommation de produits alimentaires suisses, les consommatrices et consommateurs déterminent eux-mêmes les conditions de production et la demande. Plus nous sommes conscients de la nécessité de consommer des aliments indigènes, entre autres choses, plus notre empreinte écologique sera faible. Nous, les paysannes et paysans suisses, nous adaptons à la demande en matière de denrées alimentaires.


Nous, les paysannes, souhaitons un bon avenir pour nos enfants et les personnes qui nous succèderont dans nos exploitations. Les familles paysannes devront pouvoir vivre de la production alimentaire aussi dans le futur. L’initiative pour une eau potable propre concerne toutes les exploitations agricoles.

Pour cette raison, nous disons NON à cette initiative pour une eau potable propre qui menace l'existence des familles paysannes!

La protection ciblée et correctement dosée des bases naturelles, garantit une production d’aliments durable et assure une rémunération correcte de nos familles paysannes. Une situation « gagnant-gagnant » qui ne doit pas être réduite à néant par cette initiative. Pour que l'agriculture soit encore possible à l’avenir en Suisse et ait le droit d'exister.


Source: agriculture.ch

Nous, les femmes de l’espace rural, sommes convaincues que les problèmes environnementaux ne seront pas résolus par cette initiative, bien au contraire!

Pour cette raison, nous disons NON à cette initiative pour une eau potable propre qui est contre-productive!

Il y a un réel danger que les exploitations agricoles qui ont des cultures spéciales (p. ex. fruits, légumes) ou pratiquent l’engraissement d’animaux renoncent aux paiements directs. Ainsi, elles ne rempliront plus les prestations écologiques requises. Résultat : le but de l’initiative ne sera pas atteint. Au contraire, la charge environnementale augmentera !


Nous, les paysannes, sommes proches de la nature. Nous évoluons constamment et incluons les connaissances les plus récentes dans notre travail. Nous voulons protéger nos ressources naturelles et continuer à produire des aliments sûrs. Sans contrainte disproportionnée – sans initiative pour une eau potable propre.

Pour cette raison, nous disons NON à cette initiative nuisible et inutile!

Nos paysannes et nos paysans disposent d’une bonne formation professionnelle. Ils s’investissent continuellement dans la formation continue ! L’utilisation tant des produits phytosanitaires que des antibiotiques baisse régulièrement. Ils sont utilisés de manière ciblée et raisonnable. Ils sont de plus en plus souvent remplacés par des solutions alternatives, comme l’homéopathie, des moyens biologiques, l’implantation d’organismes auxiliaires, le désherbage mécanique et la mise en place de plantes résistantes. Et le développement continue. Nous avançons et nous continuerons à avancer!


Nous, les paysannes et paysans, produisons des super-aliments (superfood) dans ton voisinage, à proximité de chez toi!.

Pour cette raison, nous disons NON à l'initiative inutile!

Les paysannes et paysans savent reconnaitre les signes du temps : quinoa, baies de goji, baies d’aronia, soja, tous ces produits sont aussi cultivés par l’agriculture suisse. L’envie d’aliments nouveaux et à la mode est très grande parmi la jeune génération. Les paysannes et paysans suisses cultivent aujourd’hui déjà les produits alimentaires en vogue auprès de la jeune génération selon les exigences légales sévères de la Suisse. Cette évolution montre que nous n’avons pas besoin de l’initiative pour une eau potable propre!


Source: agriculture.ch

Nous, les femmes de l'espace rural, craignons que les denrées alimentaires que nous ne pourrons plus produire ici, ne doivent à l'avenir être importées de l'étranger avec des normes inférieures aux standards suisses.

Pour cette raison, nous disons NON à cette initiative pour une eau potable propre qui favorise les importations!

La population suisse attend aussi à l’avenir une offre équilibrée et diversifiée de produits dans les rayons des magasins. Nous devrons importer plus de denrées alimentaires si nous ne pouvons plus les produire en Suisse. En tant que consommatrices, nous ne souhaitons pas acheter encore plus de produits alimentaires issus d’une production éthiquement et écologiquement douteuse, telle qu’elle est pratiquée dans certains pays du monde. Une vaste offre de produits locaux de première qualité, issus d’une agriculture durable, est garante d’une alimentation durable à un prix correct.


Nous, les femmes de l’espace rural, savons que nos jeunes agriculteurs/agricultrices et paysannes sont formés pour l’avenir selon les connaissances les plus récentes par le biais des offres de formation professionnelle en agriculture et en économie familiale.

Pour cette raison, nous disons avec conviction NON à cette initiative inutile!

Le fonctionnement d’une agriculture et d’une économie familiale durables, écologiques et économiquement performantes est enseigné au sein de nos centres de formation par des enseignant(e)s spécialisé(e)s. Des personnes professionnelles et bien formées sont utiles pour toute la société. Elles sont les garantes d’une agriculture gérée de manière professionnelle dans les domaines de l’économie et de l’écologie.


Nous, les paysannes et paysans, nous efforçons constamment de réduire l’utilisation d’antibiotiques pour nos animaux. Avec succès ! Depuis 2008, nous avons pu la réduire de 45%. 

Pour cette raison, nous disons  NON à cette initiative superflue!

L’utilisation de stimulateurs de croissance anti-microbiens est interdite en Suisse depuis 1997 et la prescription d’antibiotiques prophylactiques est devenue nettement plus restrictive depuis quelques années. Avec la stratégie nationale pour lutter contre la résistance aux antibiotiques (StAR), des mesures sont prises régulièrement pour réduire la prescription d’antibiotiques. Les paysannes et les paysans agissent tous les jours, pour que leurs animaux de rente restent en bonne santé, aussi sans antibiotiques !


Source: USPF

Nous, les femmes de l’espace rural, sommes conscientes que la Suisse connaît un niveau de salaires élevé avec des coûts de production correspondants également élevés. Les coûts élevés et la libéralisation du marché agricole menacent l’existence des exploitations agricoles indigènes.

Pour cette raison, nous disons NON à cette initiative qui est injuste et menace la viabilité des exploitations!

L’initiative pour une eau potable propre augmente encore les exigences posées jusqu’ici pour l’agriculture suisse. En revanche, elle ne prévoit pas d’exigences équivalentes pour l’importation de denrées alimentaires. Avec cette initiative, la différence entre les facteurs de production et du commerce deviendra encore plus grande entre la Suisse et l’étranger ! Cela ne peut pas marcher.


Nous, les paysannes et les paysans, sommes conscients de notre responsabilité et pratiquons une protection de nos plantes et cultures ciblée et adaptée.

Pour cette raison, nous disons NON à cette initiative qui menace l'existence des famille paysannes!

La protection ciblée et correctement dosée des bases naturelles, garantit une production d’aliments durable et assure une rémunération correcte de nos familles paysannes. Une situation « gagnant-gagnant » qui ne doit pas être réduite à néant par cette initiative. Pour que l'agriculture en Suisse soit encore possible à l’avenir et ait le droit d'exister.


Nous, les paysannes, voulons continuer à produire des oeufs pour l’auto-approvisionnement et nos marchés à la ferme. Avec nos poules et d’autres petits animaux, nous participons de manière notable à la diversité de nos exploitations agricoles.

Pour cette raison, nous disons avec conviction NON à l'initiative pour une eau potable propre!

De nombreuses paysannes ont des poules pondeuses pour l’auto-approvisionnement ou pour la vente directe. Parfois, les enfants s’occupent avec amour de petits animaux, p. ex des chèvres, des moutons, des lapins ou des oies. Cela ne serait plus possible, puisque l’initiative pour une eau potable propre exige que tous les animaux de la ferme soient nourris exclusivement avec des aliments produits dans l’exploitation. Le commerce de fourrages ne serait plus possible en Suisse.